Psychothérapie et Relation d'aide psychologique

Cabinet psy Vannes

3 rue Descartes
56000 Vannes 

Cabinet psy Arradon

14 chemin de Guéhuet
56610 Arradon 

Tél : 06 11 27 37 79 
Mail : envoyer un mail

Rendez-vous du lundi au samedi

Téléconsultations possibles

Entretiens à domicile possibles pour les personnes ne pouvant se déplacer

L’orgasme féminin

Ce qui est dit dans le cabinet du thérapeute est strictement confidentiel. C'est un lieu privilégié pour parler de sexe et de tout autre sujet dont le patient peut avoir honte ou avoir du mal à aborder avec quelqu'un d'autre. Je mets tout en oeuvre pour qu'un climat de confiance puisse s'installer entre nous et que le patient me fasse suffisamment confiance pour tirer le meilleur parti de sa thérapie.

Les chemins tortueux de l’orgasme féminin

Pourquoi les femmes ont-elles du mal à avoir un orgasme? Les explications sont nombreuses.

Toutes les femmes ne sont pas égales devant l’orgasme. Côté face, deux Françaises sur trois ont facilement des orgasmes, et cela avec des stimulations variées: pénétration associée à des caresses du clitoris (77%), auto-masturbation (70%), masturbation par le/la partenaire (68%), cunnilingus (65%), pénétration seule (65%)*…
Côté pile, la moitié des Françaises ont parfois des difficultés à atteindre l’orgasme et une sur quatre n’en a pas eu lors de son dernier rapport sexuel, alors que ce n’était le cas que de 6% de leurs partenaires*. Une sexualité trop centrée sur la pénétration est souvent avancée parmi les explications, mais cette vision technique passe peut-être à côté de l’essentiel. C’est en tout cas ce qui ressort des études nationales réalisées en Finlande, pays réputé pour son souci de l’égalité hommes femmes.

Trop préoccupées pour jouir

Le Pr Osmo Kontula, qui étudie la sexualité de ses concitoyens depuis plus d’un quart de siècle, vient de présenter l’explication de «la tendance au déclin» de la satisfaction sexuelle et orgasmique des Finlandaises depuis le début de ce millénaire, lors du congrès annuel de la Society for the Scientific Study of Sexuality, à Denver (Colorado).
La principale explication, rapportée par la moitié des femmes qui rencontrent ces difficultés, est qu’elles n’arrivent pas à se détendre psychologiquement pour savourer le plaisir du moment. Le fait d’être préoccupé, de ne pas parvenir à se débarrasser de pensées intrusives ou négatives, la difficulté à être pleinement présent dans l’instant sont en effet souvent évoqués par les femmes qui ont des difficultés à jouir.

L’orgasme passe par l’estime de soi

Vient ensuite le manque d’estime de soi. Celle-ci peut-être compliquée par des complexes physiques. Ce n’est pas un hasard si dans le sondage précité, la moitié des femmes moyennement satisfaite de leur physique avaient souvent des difficultés à orgasmer, alors que ça n’était le cas que de 17% de celles qui étaient pleinement satisfaites. Mais le manque d’estime de soi peut être plus général, au-delà de la sexualité.

Sont aussi cités les effets indésirables des médicaments, le manque de stimulation clitoridienne et des difficultés relationnelles avec le partenaire. L’enquête souligne l’importance d’une approche globale pour lever les différents points de blocage potentiel.

*Sondage IFOP pour CAM4 réalisé en novembre 2015 auprès d’un échantillon représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus en France (1003 femmes) et dans 7 autres pays.